I  L  L  U  S  T  R  A  T  E  U  R

A tender heart.

A safe haven from the ambiant cynical hubbub.

He dropped his bags in Nimes, a sublime city, capital of the Gard region, in Protestant heartland.

And there, in a classy bistro, its style typical of southern France, seated at a table in the shade, facing the Roman amphitheater, he scratches on paper with his black ballpoint pen.

A few hours a day, every day.

He sketches the bistro regulars, passers-by on foot or in cars, all the daily events that come within reach of his Bic pen.

It's possible to imagine he moves around on occasion,

over to clearspring park.

Some of his sketches seem to show that.

But maybe that's a wandering of our imagination.

More likely, he simply recreates from memory the haunts he frequents from time to time.

No difference in the graphics.

Always peaceful.

In spite of the incredible rush of lines.

Hashmarks.

For shading, reworking texture, leaves, tree bark, amphitheater limestone, bistro marble table-tops, asphalt road . . .

A sketch of the Nimes train station, an old man, it would appear,

seated on a platform bench.

Hunched.

A beret screwed on his head.

Waiting.

For a train ?

For someone travelling ?

Dreaming ?

Is he happy, or sad ?

Working light and shade takes you on a trail, tracking the scent of a life without any name.

Of a little old man shuffling through his memories.

On the platform of a train station, in the middle of night.

The magical impulse of drawing.

That the artist's hand lets us rediscover, childhood enchantment.

Dozens, possibly hundreds of sketch-pads filled with drawings,

like so many collections of our fleeting comings and goings.

Far from in-fashion trends.

Remote from snobbery.

This youthful creator questions us.

With just one question.

About the quality of the way we see those bits of existence in the midst of which we try to live our own existence.

With the most basic tools.

A black ballpoint pen.

With the simplest of materials.

Sketch-paper.

In thick spiral pads.

La tendresse.

Une oasis dans la cacophonie cynique ambiante.

Il a posĂ© son sac Ă  NĂ®mes, une ville sublime, capitale du Gard, en plein pays parpaillot.

Et lĂ , dans un bistrot de style, Ă  la mode du midi, Ă  l'ombre, en face des arènes, attablĂ©, il gratte du papier avec son stylo Ă  bille noir.

Quelques heures par jour, tous les jours.

Il croque les habitués du troquet, les passants à pied ou en voitures, tous les petits évènements du quotidien qui passent à porté de son “Bic”.

On suppose qu'il se déplace aussi, vers les jardins de la fontaine.

Des croquis semblent l'attester.

Mais, peut-ĂŞtre que c'est une divagation de notre imagination.

Plus probablement, il doit, de mĂ©moire, recrĂ©er les lieux qu'il frĂ©quente occasionnellement.

Aucune différence dans le graphisme.

Toujours paisible.

Malgré un fouillis invraisemblable de traits.

De hachures.

Pour ombrer, recrĂ©er une texture, feuillage, Ă©corce d'arbre, pierre calcaire des arènes, marbre des tables de bistrot, macadam…

Un dessin de la gare de Nîmes, un vieil homme, semble-t-il, sur le banc

d'un quai.

Voûté.

Un béret vissé sur la tête.

Il attend.

Un train ?

Un voyageur ?

Il rĂŞve ?

Il est triste, gai ?

Le travail de l'ombre et de la lumière t'emmène en balade sur la trace d'une vie anonyme.

D'un p' tit vieux qui fouille dans ses souvenirs.

Sur le quai d'une gare, la nuit.

La magie du dessin.

Que la main de cet artiste nous fait retrouver, enchantement de l'enfance.

Des dizaines, peut-ĂŞtre des centaines de carnets de croquis,

recueils de nos va-et-vient fugitifs.

Au large des modes.

Ă€ l'Ă©cart des snobismes.

Ce jeune créateur nous pose une question.

Unique.

Sur la qualité de notre regard sur ces parcelles d'existences au milieu desquelles nous essayons de vivre.

Avec le plus ordinaire des outils.

Un stylo Ă  bille noir.

Avec le plus simple des supports.

Du papier Ă  croquis.

Dans des gros carnets Ă  spirales.

Je suis nĂ© a Paris le 1er avril 1965. En 1975 nous avons dĂ©mĂ©nagĂ© en Provence. A dix sept ans je suis entrĂ© Ă  l’école des Beaux-Arts de NĂ®mes, c’est lĂ  que j’ai commencĂ© Ă  crĂ©er ces personnages pour les mettre en scène au travers de situations observĂ©es dans la vie et d’autres plus imaginaires. 

Tous mes dessins sont faits sur un carnet Ă  spirale avec un stylo Bic noir. Ensuite je les encolle sur un carton et j'en encre certains avec un lavis noir et les rĂ©hausse avec des touches de peinture acrylique blanche.

HĂ©bergement :

SARL SiteW.com

4, Place de l'Ă©glise
15130 YOLETFRANCE

Mentions légales:

Numéro Siren : 343 117 511 00034

Numéro Siret : 343 117 511 00042

Adresse :

France Pastel

Jean-François Gaillot

36, Chemin de Carrierasse et Rabassou

34110 Frontignan

France

Port: 06.22.54.02.23

Jef Gaillot Ltd. © 1985 - All rights reserved - Jef Gaillot

Tous droits réservés ® Jef Gaillot